jeudi 17 janvier 2019

La vie


« La vie elle-même, chez un individu comme dans la société, est la cause de toutes les frustrations, répondit Angelica. La vie était dure et cruelle, et ceux qui voulaient vivre devaient aussi devenir cruels et durs. La vie est pleine de remous et de tourbillons ; ses courants sont violents et destructeurs. Les êtres sensibles, ceux qui hésitent à faire mal, ne peuvent y faire face. Il en va de l'homme comme de ses idées et de ses idéaux. Plus ils sont raffinés, plus ils sont humains, plus tôt ils meurent du choc de la vie. " Mais c'est bel et bien du fatalisme, protestai-je. Comment pouvez-vous concilier cette attitude avec vos positions socialistes et votre conception matérialiste de l'histoire et du développement humain ? " Angelica expliqua que la réalité russe l'avait convaincue que la vie, et non les théories, dicte le cours de l'expérience humaine. " La vie ! La vie ! m'écriai-je avec impatience, qu'est-ce sinon ce que le génie de l'homme lui accorde ? Et à quoi servent les efforts humains si une puissance mystérieuse appelée la Vie peut les réduire à néant ? " Angelica répondit que nos efforts n'avaient en vérité pas de sens particulier, sauf que vivre signifiait lutter, tendre vers quelque chose de meilleur. »

(Emma Goldman, Vivre ma vie)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire