samedi 25 août 2018

Joyce Mansour, étrange demoiselle


« Les machinations aveugles de tes mains
Sur mes seins frissonnants
Les mouvements lents de ta langue paralysée
Dans mes oreilles pathétiques
Toute ma beauté noyée dans tes yeux sans prunelles 
La mort dans ton ventre qui mange ma cervelle
Tout ceci fait de moi une étrange demoiselle. » 

(Joyce Mansour, Cris)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire