dimanche 29 juillet 2018

Lune sanglante

Lune de sang (éclipse lunaire totale), 
vue de Canberra, Australie. 
Photographie : Mathieu Legros, 27 juillet 2018.

Hier soir. Évocatrice éclipse. Entre la Lune et le Soleil «s'intercale» la Terre (en réalité, c'est la Lune qui tourne, et entre là dans l'ombre de cette dernière). Plus de lumière, en principe, pour rendre la Lune visible. Et cependant, la réfraction atmosphérique des rayons solaires frappant la Terre provoque malgré tout un éclairement spécifique de notre satellite lunaire, la tirant des ténèbres : un éclairement de sang. Les lumières du cosmos : mélange fantasmatique (mobile ou dialectique) de grand jour, de nuit et de sang. Eclipse of Reason, de Max Horkheimer, date de 1947. Seule la raison rendra le compte adéquat de ses propres éclipses nécessaires. Seules la ronde des planètes, la course des astres et de l'univers infini, toujours prévisibles, régulières, cycliques, et offertes comme telles à l'observation et la maîtrise humaines, offrent le goût du sang et de ses jouissances réelles.  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire