samedi 22 avril 2017

De l'utilité culturelle d'être rassuré


Voilà donc, chers amis ! la nature du processus historique menant d'une culture de l'utilité à une utilité de la culture. En suivant Hegel, nous avons rappelé comment la vie primait chez lui la liberté : comment, ayant préféré une fois pour toutes la vie à la liberté, l'Esclave - c'est-à-dire le citoyen-électeur contemporain - plaçait désormais au-dessus de tout, c'est-à-dire considérait comme son essence même la culture, ou la civilisation, c'est-à-dire justement cette préférence, hypostasiée, de la vie à la liberté.
Cette conclusion est très proche, on l'a déjà répété un million de fois, de celle du Malaise dans la culture, de Freud. C'est là, à notre sens, que le fondement anthropologique d'une utilité suprême de la culture, comme idéologie spontanée ou immanente, pourrait être cherché.
On pourrait dire qu'en régime moderne individualiste, chaque époque promeut sa culture utile, mais qu'à toutes époques, néanmoins, la culture apparaît identiquement comme divertissement (au sens de Pascal). On connaît l'inquiétude pascalienne d'un Dieu qui se cache, désormais, dans une étendue cartésienne ou spinoziste vide, neutralisée, réduite à de purs rapports mathématiques. Cet espace, avec la culture qui lui correspond, est désormais un espace utile, en deux sens : d'abord, chacun sera pour son semblable, au gré des lois de l'attraction, un moyen, ce moyen devenant une fin externe, définissant une nouvelle essence de rapport, et non plus de qualités intrinsèques (comme dans la physique grecque). C'est ainsi que Kant, par exemple, expliquera la constitution mécanique (sociable-insociable) des sociétés. Ensuite, et nous revenons là à Pascal, parce que dans un tel espace vide, pour éviter l'ennui ou l'angoisse, l'utilité doit partout se manifester, et la culture, divertir. Tel est le rôle transcendantal de la culture : éviter de rester seul avec soi, ce qui pourrait déboucher sur la prise de conscience suivante : mon essence humaine dépasse ce simple rapport à des choses utiles, à un espace neutralisé, vide de Dieu et d'espérance. C'est en présence d'un objet soudain devenu inutile, parce qu'il est endommagé, c'est dans ce nouveau regard jeté sur l'objet inutile (brutalement dissocié de sa fonction) que je prends conscience de sa pure présence, et de la mienne. Cette dissociation de l'objet et de son utilité première sera le principe critique du Ready made de Duchamp. Dans le détournement ironique de cette utilité objective auparavant soi-disant transcendante, je relativise aussitôt, radicalement, tout usage, toute utilité. Je restitue à l'utilité toute sa contingence. J'accède aussi, par là-même, en échappant à cette utilité des choses, à une destination toute autre de mon être, voire à une absence radicale de destination, ce qui serait bien pire en termes de productivité. Car je ne me réaliserais plus, alors, essentiellement dans le travail utile, conformément à la morale ambiante, celle de l'esclave hégélien affranchi. C'est toute une culture moderne qui risque ainsi de s'effondrer, sous la poussée d'une telle angoisse nouvelle. 
L'utilité des choses offre donc une utilité bien plus radicale, si l'on peut dire : elle a pour fonction d'occuper les hommes dans ce travail de production utilitaire, d'éviter qu'à leurs "moments perdus", comme dit le très raisonnable principe bourgeois, ces hommes se rappellent qu'ils sont à la fois des êtres irrémédiablement mortels, mais aussi des êtres instinctuels, mûs par des pulsions naturelles très imparfaitement réduites par la culture. Ce retour du refoulé naturel mettrait en péril la culture en question. Mais Freud, tenant par excellence de cette thèse pessimiste, croit malgré tout encore, outre cela, à une utilité intrinsèque du travail productif : il s'agit encore, pour lui, par le travail, de subvenir aux besoins réels, et incontestables, de l'humanité. Les objets du travail sont ainsi toujours fondamentalement utiles, réduisent toujours partout la nécessité (anankê) qui conduirait sans travail les hommes au manque, à la famine, à la mort : si on laissait libre cours au principe de plaisir, et donc à l'oisiveté généralisée. La marchandise a donc, chez Freud, encore une  valeur d'usage derrière l'utilité fondamentale consistant à maintenir le travail afin d'occuper l'espace pulsionnel des hommes, et ainsi maintenir la culture, la civilisation. La critique de l'industrie culturelle contemporaine refuse cette position. Il est bien évident qu'au regard de l'avancement technique dont dispose le monde contemporain, produire des objets simplement utiles à notre survie quotidienne serait désormais bien plus facile et rapide, si cette utilité élémentaire était vraiment le but très honorablement humain de la civilisation présente. Il semble plutôt que la culture utilitaire d'aujourd'hui suscite sans discontinuer de nouvelles utilités factices, à satisfaire soi-disant impérativement, mais en réalité dans un but unique largement inconscient : celui d'empêcher la croissance de l'inquiétude inutile, de conjurer le spectre d'un désir radical impliquant, par sa violence, le bouleversement complet de la société, notamment des conditions et rapports de production. De conjurer, en somme, une libération du désir risquant de s'effectuer contre les soi-disant utilités de la culture, de l'industrie culturelle contemporaine, et d'accoucher alors, peut-être, potentiellement, soit de la barbarie soit d'une nouvelle culture, d'une nouvelle civilisation capable de promouvoir un nouveau rapport à l'utilité. Herbert Marcuse, entre autres, aura ainsi postulé, dans Éros et Civilisation, la pure et simple réquisition (au nom de l'utilité marchande), des pulsions de mort et d'agression, contre cette dangereuse libération possible du désir authentique. Tel objet culturel, c'est-à-dire marchand (tel disque, tel film, tel accessoire technologique à la mode, etc) sera ainsi présenté comme absolument utile à la société. En réalité, cette utilité repose, comme illusion, sur la manipulation d'une charge de désir retournée contre le désir authentique lui-même. La rage inconsciente (organisée par la publicité, par toute la puissance invasive de la culture utilitaire) me poussant vers la consommation de cet objet ne me pousse vers aucune utilité réelle, si ce n'est celle de me couper encore un peu plus d'une satisfaction authentique, et de préserver cette culture de l'utile de toute critique sérieuse. En sorte qu'ici, la culture de l'utilité s'oppose plus que jamais à une autre culture humaine n'existant plus guère qu'à l'état de trace pré-consciente, une culture en pointillés, tenant à la fois du passé et de l'avenir, utopique, tournée (à l'état de sentiment vague, nostalgique : de tonalité affective) contre l'utilité marchande positive. Cette culture fantôme, seul l'Art d'avant-garde, en particulier, peut encore en laisser soupçonner la présence spectrale, présence sur fond d'absence. Qu'on songe ici à un Mallarmé tissant toute sa vie des poëmes dits incompréhensibles parce qu'inutiles, s'épuisant donc dans cette activité inutile au regard de la société, de la culture de son temps, mais obéissant, lui, aux appels d'une culture seulement potentielle, une culture utopique. Les attaques, les moqueries dont Mallarmé était victime ne faisaient que reproduire celles ayant visé, avant lui, les romantiques et, de manière générale, tous ceux ayant un jour reconnu et contesté la coïncidence socialement organisée des principes d'utilité et de culture. Un poète, de ce point de vue-là, ne sert à rien, n'ayant aucune utilité. Il représente même immédiatement un danger pour la civilisation dès lors qu'il revendiquerait - pour lui seul ou, pire : pour tous les autres - une oisiveté impérieuse et intransigeante. En vérité, la conscience de l'emprise désormais totale, pour ne pas dire totalitaire, du principe d'utilité sur la culture contemporaine traverse déjà, comme une question inconsciente, toute l'Aufklärung allemande : surtout (et ce n'est pas un hasard) en son versant esthétique, c'est-à-dire sensualiste. Kant, lui-même, par ailleurs défenseur ordinaire du travail et pourfendeur de l'oisiveté, se livre à une véritable apologie anthropologique du luxe, du superflu, bref : de l'inutile, au paragraphe 83 de la Critique de la faculté de juger. Citons ce passage un peu long :

"Nul ne peut contester le surcroît de maux que le raffinement du goût, tel qu'il conduit jusqu'à son idéalisation et même le luxe dans les sciences, tel qu'il nourrit la vanité, répandent sur nous par l'intermédiaire d'une foule insatisfaite de penchants ainsi produits ; mais, en revanche, il ne faut pas non plus méconnaître la fin de la nature qui consiste à gagner de plus en plus sur la grossièreté et la violence des penchants, qui appartiennent en nous plutôt à l'animalité et sont le plus fortement opposés à notre destination supérieure (les penchants à la jouissance), et à ménager une place pour le développement de l'humanité."

On voit donc là, à la fois un hommage concédé à une certaine position rousseauiste quant à la culture corruptrice (celle du Discours sur les sciences et les arts), mais également, et surtout, une association explicite du luxe (et de l'inutile) à la finalité jugée la plus haute du genre humain. Ajoutons qu'une apologie discrète de la luxure (sexuelle) comme outil culturel se trouve aussi chez Kant, dans ses Conjonctures sur les commencements de l'Histoire humaine. Chaud gars, alors, le Königsbergien protestant ? Peut-être. En filigrane se dessine ici, en tout cas, de manière au moins problématique, une culture supérieure de l'inutile, animant, comme charge potentielle, la base naturelle même - biologique - de la culture. Nous retrouvons presque là, de manière inattendue sous la plume de Kant, la nostalgie contrariée du raffinement gigantesque des fêtes baroques, la gratuité perdue de leur faste, de leur protocole, de leur débauche absolue de gâchis, d'ornements, et d'inutilité. À cette simple ébauche, Kant, cependant, ne donne aucune suite concrète, ce qu'on comprend hélas ! fort bien. Le principe de plaisir s'efface aussitôt derrière un principe de réalité pour qui l'identité nécessaire entre culture, civilisation et utilité ne saurait souffrir aucune contestation.  

(à suivre)

Cassage de urnes

jeudi 20 avril 2017

Un indigène

« L’oppression nous vient de France 
mais l’esprit de libération aussi » 

(Nguyễn An Ninh à Léon Werth, 1927)

mercredi 19 avril 2017

Arrête de boire, Jürgen...


« La candidature d’Emmanuel Macron, à l’extérieur de tout parti institué, constituera, si elle aboutit à une victoire, une véritable rupture dans l’histoire de la République française depuis l’après-guerre. Cette initiative pourrait bien faire voler en éclats toute une configuration politique, qui s’est sclérosée au fil du temps, entre gauche et droite. »

(Jürgen Habermas, Le Monde, 19 avril 2017)

Vers une culture de l'utile (et vice versa)

La culture moderne est le lieu de la plus grande scission, et à bien des égards : de la plus grande souffrance d'avec soi-même. À l'éthicité grecque, à son caractère massif et compact, que nous avons sommairement évoqué précédemment, succède l'individualité juridique latine, celle de la Personne. Hegel, dans la Phénoménologie de l'Esprit, associe cette alternance culturelle historique de la Grèce à Rome (estimée par lui une perte tragique, notamment dans ses écrits théologiques de jeunesse) à une alternance pédagogique individuelle (prototype du passage d'un âge de la vie de l'esprit à un autre). La contingence du passage se voit ontologisée, rendue nécessaire. D'une culture collective grecque devenue culture individuelle, et individualiste, Hegel fourbit le modèle d'un mouvement immanent de critique, de réflexion, de déchirement d'avec soi. La culture hégélienne (la Bildung) pose ainsi un sujet dont l'évolution de séparation coïncide avec celle du monde, où ce sujet se reconnaîtra (paradoxalement) de plus en plus. Car ce monde s'opposant, certes, d'abord, à lui comme étranger, comme son extérieur, l'utilité des choses de ce monde sera cependant ce qui, au terme de la fameuse dialectique des consciences de soi (maîtresse et servile) de la Phénoménologie, détermine son nouveau rapport étrangement familier au monde. L'esclave, qui a eu peur dans l'affrontement, a suprêmement redouté de mourir et préféré la vie en esclavage à la liberté dans la mort, laisse ensuite jouir le Maître (pour lequel il travaille désormais) des choses que ce dernier consomme simplement à sa guise, en les engloutissant comme un porc. Ce monde se donnant maintenant entièrement sous la forme de choses utiles, c'est ainsi, néanmoins, l'esclave qui le produit entièrement. Et y reconnaît donc la trace active et essentielle de son travail. C'est ainsi que l'utilité seconde, réflexive, reconnue à ces choses par l'esclave, supplante irrésistiblement et immensément la simple utilité de jouissance ponctuelle, pour l'instant réservée au Maître. L'esclave trouve, en effet, dans cette utilité élaborée, stabilisée, la plénitude de son identité, dans cette identité au monde. Ayant choisi la vie plutôt que la liberté dans la lutte, il a opté pour ce plus-de-temps qu'offre le choix et le maintien de la vie. Il a jugé plus essentiel que la liberté abstraite (celle des fascistes, par exemple : liberté entièrement tendue vers le risque et la mort) ce temps de la vie humaine qui continue : ce dernier définissant précisément les conditions de la culture. L'esclave a gagné du temps, ce temps qui le cultive autant que l'esclave cultive le monde. C'est ainsi par la cession, l'aliénation première de sa liberté (de son être comme liberté) que l'esclave (ayant préféré, comme être, celui de la vie et du temps) accède à un autre être : celui de la maîtrise finale. Ce processus pédagogique - processus de culture - s'effectue donc tout entier via les choses utiles du monde : des choses dont la consommation est repoussée (pas frénétique, pas immédiate comme chez le Maître), ce qui renvoie au pur processus de civilisation, de culture entendue, cette fois, comme répression des instincts. On voit là à quel point Hegel et Freud s'appellent l'un l'autre comme penseurs des Lumières. On comprend la haine viscérale commune nécessaire de tous les fascismes à leur égard. La vie individuelle primant désormais l'ancienne culture collective (l'activité du sujet vivant - non celle des dieux, du destin mythologique - étant seule reconnue créatrice du monde), de fait : la culture capable de maintenir cette vie face à l'immédiateté dangereuse des instincts (symbolisée par le maître) est désormais valorisée comme utilité suprême. En sorte que culture et travail utile se trouvent désormais structurellement liées, que l'essence humaine, sous couvert de ce drame allégorique de l'affrontement hégélien des consciences de soi, se trouve viscéralement attachée au travail et, par lui, à la production de soi. En sorte, surtout, qu'au plan réel : historique et économique, à la physique grecque des causes finales, aux conceptions qualitatives et/ou mythiques du monde, succède progressivement, jusqu'au monde d'aujourd'hui, une pure genèse de la culture humaine par la production de choses utiles. Cette utilité de la chose s'efface elle-même au profit de sa puissance d'échange abstraite, celle qui fait aussi (et bientôt : essentiellement) de la chose utile une marchandise. Chez Marx, le prolétariat produisant lesdites choses utiles se révèle aussi, à mesure qu'il les produit, comme décomposition de toute culture, de toutes les civilisations ayant précédé l'essor du capitalisme. En se cultivant, en quelque sorte, comme classe, dans la production de choses utiles, le prolétariat s'acculture un peu plus dans chacun de ses représentants humains singuliers, ravalés eux-mêmes au rang de choses utiles (utiles à leur propriétaire, au propriétaire de ce peu qui subsiste encore de culture humaine dans la figure du travailleur contemporain, c'est-à-dire : une pure force de travail). Au-delà de Marx, on peut s'interroger sur l'ultime tournant pédagogique (culturel) d'une telle évolution chosiste - utilitariste - de l'homme conçu comme marchandise. La prise de conscience par le travailleur de son nouveau statut de pur objet ne lui offrirait-elle pas, potentiellement, la vérité du monde entier, soumis lui aussi dans son ensemble à cette logique de calcul et d'objectivation utilitaire : logique excluant toute autre logique ? C'était là l'opinion de Lukács, dont on peut constater que toute opératoire qu'elle ait pu être, elle n'aura pas été vérifiée, en termes de conscience, par un refus durable de ce principe de réification utile qu'implique le salariat démocratique.  

(à suivre)

mardi 18 avril 2017

Modeste proposition visant à égayer les prochaines fêtes de Pâques au sein de l'espace Schengen en particulier, et du monde catholique en général


Pour peu qu'on accepte de se tourner, avec assez de tolérance et d'ouverture, vers les meilleures traditions du passé européen, gorgé de créativité millénariste utopique, on imagine sans peine l'accroissement notable du bonheur familial (et prolétarien) susceptible de résulter, par exemple, de certaines modifications imperceptibles de ce sympathique rite de Pâques typique de l'île de Chios, en Grèce, et innocemment baptisé là-bas : Rouketopolemos, autrement dit : La guerre des roquettes. Rappelons-en l'enjeu ludique principal : dégommer à coup de feux d'artifice le clocher de l'église appropriée. Nous attendons vos suggestions. Écrire au journal. 

De l'utilité de la culture (et réciproquement)

Aristote, à l'ancienne.

Vous imaginez, vous, causer de vote utile à un Grec de l'époque classique, par exemple, un citoyen d'Athènes ? La notion eût sans doute provoqué son incompréhension, voire déchaîné sa fureur. C'est que l'utilité, telle que nous l'entendons, se trouvait associée, pour lui, aux seuls objets utiles, donc à la technique ou à l'art de produire ces objets utiles, autrement dit à une sphère d'activités symboliquement dévalorisée, réservée aux esclaves. Certes, Aristote, imaginant un temps où les navettes (autrement dit : les instruments de travail) se déplaceraient toutes seules, ne repousse, de fait, pas la notion d'utilité en soi autant que la notion de travail. Ce n'est pas tant que l'utilité ait été en soi dévalorisée par les Grecs, ce qui serait absurde : c'est plutôt que l'existence extérieure, autonome, de l'utilité faisait problème pour eux dans le cadre d'une conception associant directement chaque objet (naturel ou artificiel) à sa cause finale, et pour une physique posant qu'à chaque chose doit se voir associé ontologiquement un certain lieu, une destination essentiellement adéquate. Le lieu ou la fin de la pierre est contenu dans son concept : la pierre parfaite, achevée, est celle qui a gagné le sol, du fait de sa pesanteur ou de sa lourditude, comme dirait Ségolène Royal. Outre cette cause finale, chaque chose, de même, avait aussi sa cause matérielle (tel ensemble de briques, tel mortier n'auraient ainsi pu être proprement dits "utiles" à la construction d'une maison, ni, encore : telle maîtrise technique formelle de maçonnerie, etc).

En sorte que cette puissance électorale (le vote) dont nous parlions plus haut pour l'opposer à notre "vote utile", cette puissance de vote caractérisant le citoyen athénien, le caractérisant tout entier, suffisant presque à le définir, bref en constituant une sorte de cause finale démocratique, aurait moins que tout le reste pu se voir ramené à une utilité quelconque.
La démocratie, alors, ce même citoyen l'aurait-il davantage assimilée à un fait de culture ? Assurément oui, mais à condition d'entendre seulement par "culture" l'ensemble des aspects intellectuels d'une civilisation, ou, de manière plus extensive, l'ensemble des formes acquises de comportement dans cette civilisation donnée : l'ensemble des habitudes suffisant à la spécifier, depuis les productions artistiques ou religieuses les plus ésotériques jusqu'aux normes régissant les échanges et les rapports les plus ordinaires de l'existence quotidienne. Ces habitudes - cet éthos, dont parle Aristote dans son Éthique à Nicomaque, constituent bien ici une forme de "seconde nature", ce dont notre conception contemporaine de culture collective paraît à première vue se rapprocher. Mais là encore, il paraîtrait impossible de définir l'utilité précise d'un tel complexe culturel. Quelle serait, par exemple, l'utilité exacte des Mystères d'Éleusis ? L'utilité de Zeus ? Comment appréhender en termes d'utilité le respect scrupuleux (dans les banquets, les symposion, ces beuveries dont certains dialogues de Platon fournissent l'image) d'un certain nombre de moments codifiés se succédant invariablement ? L'art grec (de la statuaire) implique la présence réelle, partout dans la matière, de l'esprit. Qu'on compare un tel art et son critère de validité à ce que l'on nomme aujourd'hui les arts décoratifs (ou le design) qui prétendent plutôt réunir médiatement fond et forme en tant que séparés, l'élément artistique ne valant plus comme simple présence à soi de l'esprit mais justement en tant que cet esprit est, là, tout autre que lui-même, extérieur à lui-même, qu'il renvoie à une fonction extérieure, bref : en tant qu'il est utile. Or, dans la sculpture grecque, note Hegel dans son Esthétique, la matière inorganique n'est pas travaillée comme " quelque chose d'étranger à l'esprit, de manière à en faire un simple entourage approprié à son usage. " 
Autrement dit : à son utilité.

Il ne s'agit pas de redevenir grecs, bien entendu. Juste de rappeler, à nos démocrates citoyennistes-fanatiques d'aujourd'hui, cette simple différence opposant liberté des Anciens et des Modernes, pour reprendre la dichotomie de Benjamin Constant : celle des droits politiques et des droits civils, ces derniers étant présentés aujourd'hui, par les libéraux, avec des trémolos dans la voix, comme l'alpha et l'oméga de toute liberté possible. Les fascistes et les républicains, quant à eux, s'enthousiasment volontiers pour les premiers. Bref, les uns comme les autres pataugent, de fait, en plein fantasme, en pleine reconstruction stupéfiante politique et mentale. Nous les brisent menus, donc : 1°) cette idée de culture républicaine offrant l'aspect de strates sédimentées de modèles comportementaux intangibles, renvoyant à une stabilité sub-lunaire parfois contrariée (en regard du mouvement parfait des astres célestes) et que l'excellence politique du philosophe aura justement vocation à affermir - le respect des lois et exigences de la Cité n'impliquant ici aucun choix individuel d'épouser la norme parce que ce me serait utile (au terme d'une réflexion intégrant délibération ou calculs d'intérêts subjectifs). La délibération, concrète, prudente, certes, peut et doit intervenir. Elle a sa place dans la théorie. Mais alors, ce qu'Aristote a en vue, une fois de plus, ce n'est pas l'utile, ou l'intéressant au sens où nous l'entendrions. Ce serait, de manière générale, le Bien, un Bien polysémique chaque fois adapté aux natures (aux essences) diverses qui tendent vers lui et, du même coup, vers la réalisation d'elles-mêmes.
2°) de l'autre côté, l'autre sens - utilitaire, contemporain et libéral : macronien - du mot "culture" : celui d'une affirmation subjective et individuelle de soi, permettant en permanence d'afficher une place hiérarchique, et de tirer son épingle du jeu, au sein de la grande malice économique généralisée.

Penser une utilité de la culture, de fait, ne pourra être possible que dans un cadre sociologique faisant enfin sa part de dignité et d'essentialité au travail, d'une part, à l'individualité psychologique, d'autre part. Ce sera évidemment le cas de la société moderne, de ses théories atomistiques du contrat social et d'un prétendu état de nature individualiste, autant que de son apologétique permanente, corrélative, de la souffrance et de l'effort. À cette apologétique, la culture classique - ce qu'on appelle fort justement les "humanités" - a toujours paru suspecte : le mépris des philosophes grecs pour le travail utile n'a jamais été oublié ni pardonné. Il a toujours été considéré avec inquiétude, sur le mode du danger latent. Le sociologue Bernard Charlot a ainsi étudié, dans un ouvrage devenu célèbre, l'évolution théorique anarchique des positions bourgeoises relativement au degré minimal de culture utile à inculquer aux ouvriers au cours du 19ème siècle. Trop peu de culture (à la limite de l'analphabétisme) impliquait des catastrophes de production massives (Charlot étudie le cas des secteurs de pointe, du genre de l'horlogerie). Trop de culture inutile entraîne potentiellement, à l'inverse, un surcroît d'indépendance, d'autonomie, voire de rébellion de la part du jeune ouvrier. En sorte que la fluctuation de l'utilité culturelle suit ainsi invariablement celle de la mise en valeur du monde.

L'émergence de ce cadre social utilitaire signe nécessairement la ruine historique du cadre précédent, : mythique, statiquement éthique, etc. Elle implique une division du travail toujours accrue, et des rapports d'échanges radicalement différents, au sein desquels l'utilité spécialisée, la valeur d'usage de ces échanges (et des marchandises qui leur correspondent) revêtent toujours davantage d'importance et de précision. Dans son célèbre Essai sur le don, relativement au stade hypothétiquement le plus archaïque de l'échange - comparé à un stade plus évolué (le Potlatch) - Marcel Mauss s'autorise "à concevoir un régime qui a dû être celui des sociétés qui ont dépassé la phase de la prestation totale (de clan à clan, et de famille à famille) et qui cependant ne sont pas encore parvenues au contrat individuel pur". Dans les économies et les droits ayant précédé les nôtres, précise Mauss, "ce ne sont pas les individus, ce sont des collectivités qui s'obligent mutuellement, échangent et contractent". Et "ce système d'échanges, ajoute-t-il encore, implique un ensemble de biens et de richesses : festins, rites, femmes, enfants, foires provisoires, etc, bref : pas exclusivement des choses utiles économiquement." Autrement dit, un lien est ici établi entre la progression vers un contrat individuel passé entre partenaires et l'utilité croissante reconnue aux choses échangées par contrat. Auparavant, si l'on rappelle, ne fût-ce que de manière très générale, le fonctionnement du Potlatch (cérémonies de don et contre-don) étudié par Mauss, le mépris pour la valeur d'usage des objets échangés, voire leur destruction massive, y était courants, afin d'obliger, c'est-à-dire de prendre l'ascendant politique, symbolique, économique sur un concurrent incapable de surenchérir sur les cadeaux reçus. Tout cela formant la culture, entendue au sens d'un système de prestations totales ne différenciant aucun de ses moments, ne fractionnant aucune de ses représentations en régions mentales isolées (économie ou religion ou art, ou politique etc). Ici, la culture compacte d'un peuple apparaît donc toute entière tournée contre l'utilité (les objets sacrifiés ayant bel et bien une utilité reconnue : canoës, peaux de bêtes, etc). La culture intervient en raison inverse de l'utilité, la garantie mythique d'une pérennisation de la société étant précisément conquise sur le mépris affiché envers une utilité d'objets renvoyant, elle, à la fausseté radicale du monde des hommes (du moins à sa non-effectivité en regard du pouvoir des esprits et des dieux, et donc à l'inutilité de s'y attacher exagérément).
Précisément, c'est bien le manque de contrôle sur un Destin nébuleux, sur des raisons inaccessibles aux hommes, inscrites dans la nécessité de cycles insondables, qui semble ici entraîner ce mépris culturel de l'utilité.
Mais, d'un autre côté, dans la société mythique, l'institution du sacrifice ne signifierait-elle pas déjà une forme d'instrumentalisation utilitaire dont témoignerait toute pensée magique ? Le chamane, autant que le prêtre de Zeus, n'obligent-ils pas les esprits suprêmes vers lesquels ils se tournent, et à qui ils offrent des présents, en les forçant, à leur tour, à obéir aux hommes, à satisfaire leurs désirs ? Bref, cette culture, ainsi basée sur une manipulation subtile, inversée, des divinités qui dominent formellement les hommes, ne tendrait-elle pas, malgré tout, vers une utilisation optimale des dieux par ceux-ci ? La thèse d'Adorno et Horkheimer, dans La dialectique de la raison, relativement à l'Odyssée et au personnage d'Ulysse, est à ce titre éclairante : Ulysse serait, au fond, le proto-bourgeois individualiste confiant dans le pouvoir désormais autonome de sa propre raison. Il serait l'homme de la Ruse, roulant en permanence les dieux (Poséidon, par exemple) sous couvert de satisfaire formellement à tous les sacrifices qui leur seraient dus. Ulysse serait aussi, et surtout, ce fameux Personne de l'épisode du Cyclope Polyphème, c'est-à-dire l'individu qui, en se séparant brutalement de sa culture mythique d'origine (dont le cyclope serait un malheureux résidu), aurait dans un même mouvement contradictoire de victoire et de chute, de maîtrise et de perte, gagné un nom autant que son anonymat adéquat. Je suis Personne : la perte de la culture mythique, le mépris belliqueux envers cette culture, se traduisant, en particulier, par une tendance cartographique d'Ulysse destinée à le faire se reconnaître et s'orienter, désormais, dans un espace maritime où autrefois l'étrangeté et le mystère mythique écrasaient dans la terreur toute possibilité individuelle. Après avoir utilisé les dieux à son avantage, et donc fait disparaître ceux-ci comme puissances dominantes, Ulysse prend ainsi possession de son espace, un espace familier autant qu'il est utile. Le paradigme d'une nouvelle culture apparaît. Et cette apparition même, signifiant le vieillissement du paradigme mythique précédent, renvoie aussi à une nouvelle signification de la culture.

 (à suivre)

dimanche 16 avril 2017

Dédiabolisation

 
« Tout à coup, atteints de ce fatal poison, les cheveux d’Arachné tombent, son nez et ses oreilles disparaissent, sa tête et tous ses membres se rapetissent ; des doigts longs et grêles sont attachés à ses flancs, et lui servent de jambes ; le reste du corps forme son ventre ; c’est de là que, fileuse araignée, et fidèle à ses anciens travaux, elle tire les fils dont elle ourdit sa toile. »

(Les Métamorphoses d'Ovide, livre sixième)

vendredi 14 avril 2017

In memory of Michael Israel


Le fasciste Erdogan obtiendra-t-il enfin les pleins pouvoirs en Turquie ces prochaines heures, au terme d'un processus électoral on ne peut plus orthodoxe ? Nous verrons bien. Quoi qu'il en soit, nous aurons, d'ici au 16 avril, une et plusieurs pensées pour Michael Israel (ci-dessus), anarchiste internationaliste, membre des IWW (Industrial Workers of the World), écrasé sous les bombes théocratiques le 24 novembre 2016, un an après les grands massacres religieux de Paris. Telle est la guerre véritable. À nos amis !

jeudi 13 avril 2017

Sales Français !


Il avait sans doute raison,  au fond, ce protozoaire d'Al-Adnani (que la miséricorde d'Allah soit sur lui). À sa façon inimitable, certes, propre aux tiers-mondistes et anti-impérialistes de toutes époques. Mais les voies du Saigneur sont impénétrables, n'est-il pas ? Pour achever de s'en convaincre - si nécessaire - il y aurait bien cette exposition, là : chez la canaille branchée de service, et qui devrait lourdement exciter la multitude de nos incapables habituels, depuis le noyau dur des éditions-de-la-fibrouque jusqu'aux citoyens d'ouverture décroissants. Autant dire toute cette constellation de Gauche de la Gauche cultivée cherchant frénétiquement une forme d'esprit en France depuis ses premières garnitures post-modernes. Pour tous les autres, toutes ces myriades d'innocents qui l'auraient déjà trouvé sans vraiment y penser, l'esprit en question (français ou pas, d'ailleurs), ma foi, ce sera business as usual. C'est à dire, de préférence : partout ailleurs qu'à la Maison dite rouge, Paris 12ème.

mardi 11 avril 2017

L'enfance ne finit pas.


C'est un chauffeur routier allemand qui nous fit connaître ça, à l'âge de treize ans. Rien de sexuel, rassurez-vous. Quoi que. Nous n'avons jamais oublié son regard, à lui, devant la deuxième chaîne de télévision publique et - en l'espèce - son idole féminine du jour. Il se caressait le biceps gauche, alors, d'étrange et tremblotante façon. Ses poils saillaient. Son oeil mouillait. Et quant au nôtre, il errait, curieux et troublé, de lui à Pat Benatar, dessus l'écran jaunâtre. C'est de là, sans doute, et puis de quelques occasions semblables, que naquit en nous ce sentiment précis, suivant lequel tout n'est pas complètement perdu dès ce monde : que cette vieille histoire de l'idéologie ne faisant que refléter la substance d'intégrales misères ne peut tenir la route. L'idéologie - comme cristallisation réelle - contient, à l'évidence, son contraire en excès très utile. Cela peut aller vite, c'est vrai : être très furtif et subtil. Mais rien, aussi, que de très facile et très doux. Car comment refuser la beauté qui s'ignore juste encore de nom : la beauté possible ?

lundi 10 avril 2017

Les mystères de Paris


« C'est ainsi qu'il arriva que l'homme le plus simple de France acquit l'importance la plus complexe. »  
(Karl Marx, Les luttes de classe en France)

dimanche 9 avril 2017

Le bon vieux temps (qui reviendra)


Orientalisme

vendredi 7 avril 2017

Pour toujours jamais

mercredi 5 avril 2017

vendredi 31 mars 2017

Le coup est signé !


Le Moine Bleu s'attend à des rebondissements significatifs dans l'affaire du CRS renversé, lundi soir, par un ignoble chauffard dans les environs de Courcouronnes. Nos lectrices, lecteurs, et même Hannibal ! conviendront ici d'un faisceau de coïncidences troublantes, dégagées par nos soins à la faveur d'enquêtes approfondies - autant intersectionnelles que maintes fois recoupées :

1°) La malheureuse victime (en civil) semble avoir été littéralement cisaillée par un véhicule (voir ci-dessous notre point n°2) ayant effectué dans sa direction - selon les premiers témoignages horrifiés recueillis sur place - un violent coup de poisson.

2°) Le fonctionnaire - qui effectuait son jogging quotidien - sortait tout juste d'un bar, où il venait de faire publiquement état de sushis personnels, dont il s'était aussi, semble-t-il, récemment ouvert auprès de sa hiérarchie, ainsi que sur les réseaux sociaux. Il se sentait, en particulier, ces derniers temps, extrêmement sole. Quant au chauffard sans scrupules, il circulait, selon nos informations (crédibles), dans une petite citadine de couleur grise : une Fiat uno Turbot ie (modèle 1993).

3°) Aucune matraque télescopique n'a été, pour l'heure, retrouvée sur place par les services de police scientifique. 

Chacun se fera, au vu de ce bref rappel des faits, forcément lacunaire, son opinion quant à quelque liaison possible entre cet assassinat barbare et des événements tragiques survenus ces derniers jours dans la région parisienne. La piste d'une vengeance ethnique, hélas ! typiquement sournoise et fourbe, ne fait, cependant plus guère de doute...





jeudi 30 mars 2017

Biteniques

lundi 27 mars 2017

Philosophie analytique


(« C'est ici que je conserve précieusement tous les ouvrages de philosophie analytique ayant eu un impact significatif sur mon existence. »)

Shameless

vendredi 24 mars 2017

Lille en force !




















« S'il n'y a d'égalité réelle que devant les asticots, c'est qu'il n'y a pas d'égalité ; car à notre sens, nous ne pouvons employer ce terme que dans l'orbe du vivant. Si le constat est effectivement qu'il n'y a d'égalité que devant les hordes charcutières, et que donc l'égalité n'est pas de ce monde, nous ne voyons qu'une conclusion possible hormis celle, bien triste, de se contenter de cet état de fait : la nécessité de lutter contre l'inégalité qui nous frappe. Ce que n'a jamais dit Fabre, pour qui pareille argutie aurait sûrement relevé du péché d'orgueil. Ce que nous disons, nous, quoiqu'il en déplaise aux créationnistes qui continuent de louer notre entomologiste. La religion de la Nature renvoie à la Nature de la religion qui toujours oeuvre à la pacification des masses - celles des gueux - légitimement enhardies contre les exploiteurs - les monarques -, au nom de la grande harmonie. Elle n'a de cesse de détourner celles et ceux qui souffrent de la seule possibilité en ce bas monde de ne plus subir leur vie et l'outrage permanent qui leur est fait en pillant, en incendiant et en réduisant à néant châteaux et palais ainsi que l'engeance qui les habite et qui sont nos seuls ennemis. »

(extrait de la préface à L'égalité devant les asticots, de Jean-Henri Fabre, publié récemment par Les âmes d'Atala. Que l'on salue.Vous pensez bien).

Y a de la joie

CLOV - Tu crois à la vie future ?
HAMM - La mienne l'a toujours été.

(Samuel Beckett, Fin de partie)

jeudi 23 mars 2017

Faute de frappe


mardi 21 mars 2017

4 my People


« Le boss n'a pas de "doctrine" politique ferme ; il ne connaît pas de principes. Une seule chose compte à ses yeux : comment faire pour ramasser le plus de voix possible ? Il arrive fréquemment qu'il soit un être sans grande éducation. Mais habituellement il mène une vie privée correcte et irréprochable. Ce n'est évidemment qu'en matière de morale politique qu'il s'adapte aux moeurs en vigueur dans ce secteur ; en cela il ne diffère guère d'un très grand nombre de nos capitalistes qui, en cette époque d'accapareurs, n'agissent pas autrement dans le domaine de la morale économique. »

(Max Weber, Le savant et le politique)

Auto-entrepreneur

vendredi 17 mars 2017

Je marche pas (question de dignité)


« Une attitude qui exclurait la possibilité d'opposer au prolétariat lui-même ses véritables intérêts et par là ceux de la société tout entière, et qui s'orienterait en fonction de la pensée et des états d'esprit de la masse, tomberait elle-même dans la dépendance absolue de l'ordre établi. L'intellectuel qui se borne à proclamer, dans une attitude de vénération religieuse, la créativité du prolétariat et se satisfait de s'adapter à lui et de l'idéaliser, ne se rend pas compte que toute fuite devant l'effort de pensée théorique - effort que la passivité de son esprit le pousse à éviter -, ainsi que devant une opposition momentanée aux masses, à laquelle sa propre pensée pourrait le conduire, rend ces masses plus aveugles qu'elles ne le sont par la force des choses. Sa propre pensée est un facteur dynamique et critique de leur évolution. Le fait que cette pensée se subordonne totalement et dans tous les cas à la situation psychologique de la classe porteuse du potentiel et de l'idée révolutionnaires conduit l'intellectuel ainsi défini au sentiment euphorisant d'être lié à une puissance colossale, et l'incline à l'optimisme professionnel. Si, dans des périodes de grave défaite ouvrière cet optimisme est ébranlé, bien des intellectuels sont exposés au danger de tomber dans un pessimisme social et un nihilisme aussi profonds que leur optimisme était exagéré. Ils ne supportent pas que la pensée précisément la plus actuelle, celle qui saisit le plus profondément la situation historique présente et qui est en même temps la plus riche d'avenir, ait pour conséquence d'isoler et de réduire à leurs propres forces ceux qui l'élaborent.»

(Max Horkheimer, Théorie traditionnelle et théorie critique)

mercredi 15 mars 2017

Metz, à jamais !

mardi 14 mars 2017

Fugue

samedi 11 mars 2017

Un ange passe

Fukushimaths

Y en a là-dedans...

« Les mathématiciens distingués sont peu sensibles aux oeuvres d'art ; j'en trouve un aveu particulièrement naïf dans l'histoire de ce mathématicien français qui, après une lecture de l'Iphigénie de Racine, demandait en haussant les épaules : Qu'est-ce que cela prouve ? »

(Arthur Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation)

jeudi 9 mars 2017

Fame


« Oui, j'aime la femme, je l'avoue : mais ce sujet, au lieu de troubler mon esprit, l'éclaircit, au contraire, et je sais fort bien ce que je dis. Je ne suis pas féministe quand les femmes demandent le droit de voter, mais comme je le serais, si elles demandaient le droit d'avorter, le droit de disposer de leur chair comme elles l'entendent, le droit de se faire extirper un foetus comme on se fait extirper un polype ! L'embryon qui nage dans le ventre de la femme lui appartient comme ses entrailles mêmes ; il fait partie de son corps. Ou elle est esclave, ou il lui faut en reconnaître la libre disposition.»

(Remy de Gourmont, Sages-femmes, épilogues IV, 1913)

mercredi 8 mars 2017

Positivisme


Un positiviste est ce genre de personnage ne s'en tenant jamais qu'à ce qu'il voit : tenant dans la conjuration de toute extrapolation métaphysique la seule position philosophique désormais soutenable. Le positiviste entend purger les énoncés (ultime matière logique disponible) de toute hypothèse non-vérifiable empiriquement, de toute dramatique prise de risque conceptuelle visant à excéder la simple identité, la pure facticité, la très-nette existence objective des choses.

Un illuminé tenté, par exemple, de poser quelque lien organique entre le massacre d'un rhinocéros jusque dans le noir de sa cellule, par une équipe de mercenaires tronçonneurs, et toutes réalités annexes du capitalisme tardif, serait considéré, du point de vue positiviste, comme en passe de verser dangereusement, et tragiquement, dans la métaphysique. Laquelle, pour prétendre oser lier des éléments évidemment hétérogènes (valant en réalité seulement pour eux-mêmes, atomistiquement), doit également être enfin exterminée, avec la détermination théorique ayant toujours convenu au service authentique de la vérité. 

On se contentera, au mieux, d'examiner la valeur statistique de l'énoncé pédagogique suivant, affiché bien en vue dans les jardins zoologiques de l'univers, et bien entendu circonscrit à la seule occurrence des espèces animales sauvages, dites en voie d'extinction : L'élevage en captivité est leur seule chance de survie.

mardi 7 mars 2017

Mérites comparés des terrorismes français et allemand

 (Emmanuel Kant, fiché S comme : Si tu veux prouver l'existence de dieu, on n'est pas couché.)

« Arrière, fantômes ! Je vais parler d'un homme dont le nom seul exerce une puissance d'exorcisme : Emmanuel Kant. On dit que les esprits de la nuit s'épouvantent quand ils aperçoivent le glaive d'un bourreau. De quelle terreur doivent-ils donc être frappés lorsqu'on leur présente la Critique de la raison pure, de Kant. Ce livre est le glaive qui tua, en Allemagne, le Dieu des déistes. À dire vrai, vous autres Français avez été modérés, comparé à nous autres Allemands. Vous n'avez pu tuer qu'un roi, et encore vous fallut-il, en cette occasion, tambouriner, vociférer et trépigner à en ébranler tout le globe ! On fait réellement trop d'honneur à Maximilien Robespierre en le comparant à Emmanuel Kant. Maximilien Robespierre - le grand badaud de la rue Saint-Honoré - avait sans doute ses accès de destruction quand il était question de la royauté, et il se démenait d'une manière assez effrayante dans son épilepsie régicide. Mais si Emmanuel Kant, ce grand démolisseur dans le domaine de la pensée surpassa de beaucoup en terrorisme Maximilien Robespierre, il a pourtant avec lui quelques ressemblances qui provoquent un parallèle entre ces deux hommes. D'abord, nous trouvons chez tous deux cette probité inexorable, tranchante, incommode, sans poésie. Et puis, tous deux ont le même talent de défiance, que l'un traduit par le mot de Critique, et qu'il tourne contre les idées, tandis que l'autre l'emploie contre les hommes et l'appelle : vertu républicaine. D'ailleurs, ils relèvent tous deux au plus haut degré du type du badaud, du boutiquier. La nature les avait destinés à peser du café et du sucre, mais la fatalité voulut qu'ils tinssent une tout autre balance, et jeta, à l'un, un roi, à l'autre, un dieu. Et ils pesèrent, exactement…»

(Heinrich Heine)

vendredi 3 mars 2017

Hypercentre


Snobs et proxénètes


1

« Le snobisme, en tant que concept dominant dans la Recherche de Proust, est l'investissement érotique de faits sociaux. C'est pourquoi il brise un tabou social, et celui qui en vient à parler de cette chose scabreuse en est puni. Si l'antithèse du snob, le proxénète, manifeste par son métier les rapports étroits entre le sexe et le profit, le snob démontre, à l'inverse, une chose qui n'est pas moins universelle : que l'amour est détourné de l'immédiateté de la personne vers les relations sociales. Le proxénète socialise le sexe, le snob sexualise la société. »


« Le snob méprise le mariage d'inclination socialement approuvé, mais il tombe amoureux de l'ordre hiérarchique lui-même, qui exorcise l'amour en lui et ne peut tout simplement pas tolérer un sentiment réciproque de ce genre (...). Pour cet amoureux passionné, l'ordre social est transfiguré en image de conte de fées, comme la bien-aimée aux yeux du véritable amant. »

3

« La régression de Proust est un morceau d'utopie. Comme l'amour, il échoue, mais il dénonce par son échec la société qui lui interdit d'exister. Cette impossibilité de l'amour qu'il a représentée dans ses personnages mondains, et principalement dans la vraie figure centrale de la Recherche, le baron de Charlus, qui ne conserve plus à la fin que l'amitié d'un proxénète, s'est répandue entretemps comme un froid mortel sur l'ensemble de la société, où le fonctionnement global étouffe l'amour désintéressé partout où il se manifeste encore. C'est en cela que Proust est prophétique, comme il le dit un jour des juifs. Il s'est humilié à briguer les faveurs de gens foncièrement réactionnaires comme Gaston Calmette et Léon Daudet ; mais il y a quelqu'un qui portait le monocle certains jours : il s'appelait Karl Marx. »   

(T.-W. Adorno, Notes sur la littérature).

Très russe

Du 22 novembre 2016 

au 4 mars 2017 (Palais Garnier)

jeudi 2 mars 2017

Le concept d'angoisse


« Posons donc que l'homme, comme Dasein, est de fond en comble ek-sistence, c'est-à-dire ek-stase et ex-haussement dans la vérité de l'être, nous pouvons dès lors le déterminer en lui-même comme l'objet d'une élection, le destinataire d'une convocation qui s'adresse à lui de la part de l'être. Parmi tous les étants, l'homme seul a la dignité d'être ek-sistant. L'homme seul a le privilège d'être pour ainsi dire appelé, interpellé par l'être. (...) L'angoisse dont il s'agit ici n'est pas le malaise pathologique, dont Janet ou Freud, et non Heidegger, ont très bien traité, mais en elle s'annonce en vérité ce qu'il y a de suspension précaire au centre de la solidité la plus essentielle (...). Dans toute convocation à la lumière de l'être est déjà inscrite une révocation non moins inéluctable. »

(Jean Beaufret, Heidegger et le problème de la vérité)


samedi 25 février 2017

Héritage de ce temps



Méthode globale

samedi 18 février 2017

Amour


« Mon troisième amour était un nain.
- Je t'aime, je t'aime, je t'aime ! chantait-il en passant près de moi, fumant une pipe qui répandait une horrible odeur de fumée noire.
Il avait de très grands pieds. Ses cheveux frisés cachaient un oeil bleu. Pourquoi l'aimais-je alors qu'il sentait mauvais et qu'il était, en plus, très méchant ? Rien ne justifiait, à l'époque, notre amitié qui était très mal vue. De trente ans mon aîné, il avait neuf enfants et une femme qu'il avait trouvée, sans papiers d'identité, dans un terrain vague. Il est vrai qu'il jouait bien du violon et qu'il connaissait le nom de toutes les étoiles mais rien ne justifiait la fascination qu'il exerçait sur moi quand il passait dans la rue au volant d'une automobile bleu foncé, avec un chien jaune qui aboyait sans arrêt à toute personne qui le saluait. »

(Silvina Ocampo, J'ai aimé dix-huit fois...)

Axiome de l'intuition

« Notre connaissance des visages n'est pas mathématique. »
(Proust, A l'ombre des jeunes filles en fleurs)

vendredi 17 février 2017

Personne n'a l'idée

« Dès leur bas âge, les jeunes filles de province ne voient que des gens de province autour d'elles, elles n'inventent pas mieux, elles n'ont à choisir qu'entre des médiocrités, car les pères de province marient leurs filles à des garçons de province, et l'esprit s'y abâtardit nécessairement. Personne n'a l'idée de croiser les races. »

(Balzac, La femme de province)

mardi 14 février 2017

In fernem Land

samedi 11 février 2017

vendredi 10 février 2017

mercredi 8 février 2017

dimanche 5 février 2017

Tu veux qu'on en parle ?


«Depuis le onze septembre, je ne cesse de me demander si, au regard d'événements d'une telle violence, toute ma conception de l'activité orientée vers l'entente, celle que je développe depuis la Théorie de l'agir communicationnel, n'est pas en train de sombrer dans le ridicule.»

(Jürgen Habermas, Le concept du onze septembre)

mercredi 1 février 2017

Bon séjour

(Otto Dix, par Hugo Erfurth, Dresde, 1920) 

«La vie de l'esprit n'est pas la vie qui s'effarouche devant la mort et se préserve pure de toute dévastation, c'est au contraire celle qui la soutient et se maintient en elle. L'esprit n'acquiert sa vérité qu'en se trouvant lui-même dans l'absolu déchirement. Il n'est pas cette puissance au sens où il serait le positif qui n'a cure du négatif, à la façon dont nous disons de quelque chose : ce n'est rien, ou : ce n'est pas vrai, et puis, bon, terminé, fi de cela et passons à autre chose ; il n'est au contraire cette puissance qu'en regardant le négatif droit dans les yeux, en s'attardant chez lui. Ce séjour est la force magique qui convertit le négatif en être.»

(G.-W.-F Hegel, Phénoménologie de l'Esprit, traduction : Jean-pierre Lefebvre)


vendredi 27 janvier 2017

Un bon vieux boulevard...


jeudi 26 janvier 2017

Bibenkopf

mercredi 25 janvier 2017

Moindre mâle


Du pouvoir et de l'impossible

Ci-dessus : fantasme impossible décidant sans prévenir - comme ça, d'un coup - de questionner l'impossibilité de son possibilisme (New York City, 1969).

« Le pouvoir ne peut faire l'objet ni d'une résistance ni d'un refus, il peut seulement être redéployé. À vrai dire, selon moi, ce que devrait viser la pratique gay et lesbienne, c'est le redéploiement subversif et parodique du pouvoir, plutôt que le fantasme impossible de son dépassement radical»

(Judith Butler, Gender Trouble)

mardi 24 janvier 2017

Maoïsme

 

«Que cela vous plaise ou non, l'économie mondiale est cet océan infini auquel personne ne peut échapper.» 

(Xi Jinping, Davos, 17 / 01 / 2016)

vendredi 20 janvier 2017

Devant la perspective attendue d'un prochain non-lieu dans l'affaire Rémi Fraisse...


«Un gendarme de la brigade de Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime) s'est donné la mort dans  son logement de fonction avec son arme de service. » 
(Le Parisien, 19 / 01 / 2016)