samedi 1 mars 2014

Génération perdue


« Dans un glorieux triomphe, ils chevauchaient à travers l’Angleterre, fiers et gais, ivres jusqu’à l’intoxication du vin de la désolation.

Sur les champs et les villes, de mer à mer, le cortège passait rapide et libre, déchirant et écrasant jusqu’à ce qu’il arrivât à la ville de Londres.

Et chaque habitant, frappé de panique, sentit son cœur navré de terreur, en entendant le cri de tempête du triomphe de l’Anarchie. »

(Percy Shelley, La mascarade de l’Anarchie).

6 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas sûr de vous comprendre, Dyhego.
    Staline, Pinochet, Franco : des anarchistes contrariés ?
    À moins que vous ne parliez plutôt de cauchemar ?
    Tout cela gagnerait à être un peu précisé.

    RépondreSupprimer
  3. 'Seriez pas un peu de droite, Don Diego, ou un peu stal ou un peu catholique romain ?

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  5. J'aime bien aussi leur deuxième tube :

    "Tu veux bâtir des cités idéaaa, ales,
    Détruis d'abord, les monstruosités,
    Gouvernements, casernes, cathédraaa, ales,
    qui sont pour nous, autant d'absurdités..."

    RépondreSupprimer