vendredi 27 novembre 2015

Sondage


Bonjour !

À votre avis, la débilité actuelle de la conflictualité sociale en France relève-t-elle :

1) de la volonté de Dieu ?

2) du sionisme international, et notamment de son action souterraine, diffuse et continue ?

3) du développement pour l'heure encore insuffisant des forces productives, dans un contexte international de compétitivité accrue entre blocs impérialistes rivaux ?


4) de la répression de l'État républicain bourgeois, rigoureusement assimilable à celle de la milice française des années 1942-43 ?

5) de l'effondrement contemporain de toute conscience de classe prolétarienne, directement lié aux coups de butoir conjugués de l'idéologie religieuse nihiliste, d'une part, et de la bêtise crasse militante gauchiste, d'autre part, impropre à rien saisir de stratégique, c'est-à-dire d'utopique, au-delà de sa fébrilité activiste au jour le jour ? 


6) de la perte des vraies valeurs (travail, famille, patrie, etc) ?

7) d'autres facteurs (préciser) ?

8) sans opinion

(Transmettre les réponses au Moine Bleu, lequel, aussitôt, les communiquera à son tour aux Imbéciles de la République).



11 commentaires:

  1. Pour ne froisser personne, et suivant l'avis du père Benoit, qui prêche le lundimatin, j'opterai pour la réponse 1.

    RépondreSupprimer
  2. "La volonté de Dieu, cet asile de l'ignorance", écrivait Spinoza…

    La réponse 5 me semble mieux appropriée aux idées de ce cher Moine, mais je ne comprends pas bien la proposition 6 : le service public de la Poste est déjà suffisamment laminé comme cela, pourquoi accabler encore ces pauvres facteurs ?

    RépondreSupprimer
  3. Réponse 10 : de la quasi impossibilité de trouver de nos jour une bonne chemise bien résistante

    RépondreSupprimer
  4. Je vais faire comme au loto : miser sur plusieurs numéros pour tenter de chopper la cagnotte. Alors on va dire :

    4 - 5 - 7 - 8.

    J'ai bon ?

    RépondreSupprimer
  5. Oh le cureton! T’exagère quand tu dis que l’extrême gauche n'a pas de vision stratégique, il y en a une, ça s'appelle "les régionales"!

    RépondreSupprimer
  6. Oh l'anonyme !
    ça, c'est finement observé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toujours d'actualité ! réponse n° 8 evidemment...

      Supprimer
  7. 5. L'occasion d'un exercice théorique à partir d'un enculage de mouche, comme disent des distraits de l'attention littérale.

    Ci-dessous deux transcriptions de la thèse 5 de la partie I (“La capitalisme, société sans culture”) des “Préliminaires pour une définition de l'unité du programme révolutionnaire". Rappel, ces thèses sont coécrites par Debord et Blanchard (Canjuers) le 20 juillet 1960 à l'aube de la fréquentation momentanée du premier à S ou B.

    Première transcription :
    “5. — L’ensemble de la culture actuelle peut être qualifiée d’aliénée en ce sens que toute activité, tout instant de la vie, toute idée, tout comportement n’a de sens qu’en dehors de soi, dans un ailleurs qui, pour n’être plus le ciel, n’en est que plus affolant à localiser une utopie, au sens propre du mot, domine en fait la vie du monde moderne.”

    Seconde transcription :
    “5. — L’ensemble de la culture actuelle peut être qualifiée d’aliénée en ce sens que toute activité, tout instant de la vie, toute idée, tout comportement n’a de sens qu’en dehors de soi, dans un ailleurs qui, pour n’être plus le ciel, n’en est que plus affolant à localiser : une utopie, au sens propre du mot, domine en fait la vie du monde moderne.”

    On remarquera que la première, fautive si l'on se réfère à la rigoureuse édition Quarto-Gallimard, a fait sauter les “ : ” devant le mot utopie.

    Selon la transcription fautive, il s'agirait, pour se réapproprier le sens de “toute activité, tout instant de la vie, toute idée, tout comportement” de localiser une utopie. Il y en aurait une insaisissable, invisible... Selon la restitution que je crois authentique, cet ailleurs de substitution au ciel, et plus affolant encore..., est une utopie, “la leur” (comme dit un ami). Toute utopie est-elle indice de dépossession ou bien, à l'instar de la raison, une utopie non instrumentale est-elle appropriable, voire constructible ?

    Dans les thèses suivantes (th. 7 et 8), Canjuers et Debord explicitent ce non-lieu de la satisfaction des désirs en dehors du travail, où il s'agit des techniques et de la technologie (th. 6). Ils prennent, comme exemples aisés à comprendre, le tourisme de masse et le strip-tease, blocages frustrants dans la passivité du regard selon l'expérience des loisirs, où apparaissent clairement le caractère “plus affolant” de l'ailleurs. C'est que c'est désormais (depuis 1960) au seuil du substitut du ciel, comme de l'autre côté d'une vitrine, et même d'une vitrine inexistante, et partout plutôt qu'à un endroit inaccessible mais désigné, que s'arrête la potentialité de réalisation des désirs.

    Cher Moine, votre constat, que je partage, de la “fébrilité activiste au jour le jour” me semble relever d'un “affolement” du même type que celui décrit par les auteurs de ces “Préliminaires...”.

    Canjuers et Debord, qui signe encore “Guy-Ernest” comme en témoignage de ses interventions dans l'art (th. I, 8), promouvaient une utopie “momentanée” et “historique” qui amorcerait la projection de désirs donnant contenu à la vie libre. L'utopie comme amorce pratique qui fertiliserait la pratique de la lutte révolutionnaire en désabusant le regard de la classe révolutionnaire. Je synthétise ici les deuxième et troisième paragraphes de la thèse 3 de la partie II. “La politique révolutionnaire et la culture”.

    Question au sondeur donc : à votre avis, la débilité actuelle de la conflictualité sociale en France relève-t-elle de l'absence d'avant-garde culturelle ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plutôt seul que mal accompagné, dit-on parfois. De même, pour nous : plutôt Bartleby que Bouteldjas friendly, ou autrement posé : lucide et effectif dans l'inaction choisie quand toute "action" disponible ne l'est - action - que sous forme de marchandise (alors adaptée au coeur de cible gauchiste, voilà tout : car il est des actions identiquement adéquates au cadre de droite, de gauche, au djeunes de kartiépopulaire ou fan de mangas, etc). Bref : Adorno (notamment dans sa Morale Minimum, ou provisoire) trouve déjà chez Marx ce goût transcendantal de la "pratique" à tout prix (la pratique définissant même l'objectivité !), un goût que Adorno rapproche du besoin activiste bourgeois, ce besoin "perpétuel-bouleversant" du capitalisme. Ce dont nous avons besoin, c'est de théorie, de calme, d'une rationalité bien comprise opposée par principe à la violence sans queue ni tête de la pratique-pour-la-pratique. Debord et ses potes ne nous semblent pas s'être élevés jamais jusqu'à cette claire conscience, ce clair besoin de théorie (sauf, peut-être, contraints et forcés, à la fin, dans le pessimisme désespéré). Riesel, certes, dans un ses ouvrages anti-OGM a dit quelque chose d'approchant.

      Supprimer