vendredi 7 septembre 2018

Sans sommation

244 pages, vingt boules.

« Miguel Abensour aura été le passeur qui a permis la lecture en France des livres majeurs de Adorno et Horkheimer. Il a fondé sa collection Critique de la politique, en 1974, au retour d’un voyage aux États-Unis lors duquel il a découvert, dans un ébranlement complet, les livres de la première École de Francfort. Son enthousiasme pour la tâche philosophique théorico-pratique de ce qu’il préférait nommer le "cercle" plutôt que l’"École" de Francfort n’a guère été partagé par les philosophes français qui étaient ses contemporains. À cette solitude philosophique envisagée d’emblée comme un défi, s’est ajouté l’isolement dans lequel a été maintenue sa lecture du jeune Marx. Sa complicité profonde avec l’interprétation du marxisme utopique par Maximilien Rubel et Louis Janover a creusé souterrainement et de manière inexorable les sillons d’une nouvelle solitude dans une époque dévouée à la lecture althussérienne de Marx et dominée par la relégation du jeune Marx du côté des naïvetés présumées de l’utopie et de l’humanisme. »

(extrait de la présentation de l'éditeur)

Signalons, tant qu'on y est, le très intéressant volume n°1 de Prismes, Théorie critique, paru début 2018 aux éditions Sens et Tonka. Abensour en assuma la direction puis mourut, ce qui fait qu'on ne reprit pas des nouilles, à l'époque. Un de ses (derniers ?) articles y figure, passionnant et, comme toujours, trop court, intitulé : La radicalité contre le progressisme. Rousseau Adorno

Aucun commentaire:

Publier un commentaire