mercredi 30 avril 2014

Double divorce de l'objet et de sa possibilité idéale d'aperception

À l'instar du Très-Haut, Spiderman créa-t-il son adorateur à son image ? Si oui, comment dès lors pour ce dernier s'unir absolument à la figure de telle araignée concrète, certes super-héroïque mais conservant un invincible statut objectif, chargée de son histoire particulière, pour ainsi dire contingente ?

1-Théologie :
« Face à l’aspiration, dans son suprême délire mystique, dans les ravissements des âmes les plus délicatement organisées, respirant l’amour suprême, se tient toujours l’individu, une réalité objective et personnelle à laquelle ces âmes aspiraient à s’unir de toute la profondeur de leurs beaux sentiments, unification qui, cependant, – cette réalité étant un individu – est éternellement impossible ; l’individu reste toujours face à elles et éternellement dans leur conscience, et ne permet jamais à la religion d’être une vie accomplie. »
(G.-W.-F Hegel, L’esprit du Christianisme et son destin).

2-Philosophie :
 « L’empiriste ressemble à une fourmi ramassant tout ce qu’elle trouve, sans intelligence, et ramenant tout à la maison à l’état brut. Laprioriste, le rationaliste pur, ressemble à une araignée tirant tout de sa propre substance et nouant une toile vide. Le philosophe authentique n’est ni fourmi ni araignée ; il collecte comme une abeille le nectar des fleurs et en fait du miel. »
(Francis Bacon, Novum organon scientiarum).

10 commentaires:

  1. Mais quid de Spinoza là-dedans, lui dont l'un des rares plaisirs connus était d'observer le combat des araignées et des mouches prises dans leur toile ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plaisir par trop épisodique et insuffisant, sans doute. Hegel note avec une cruauté bien incompréhensible, dans ses cours sur l'histoire de la philosophie, qu'ayant accouché du système parfait mais mort : privé de mouvement, enfermé dans la substance, Spinoza mourut - en toute logique - de consomption. À quoi un méchant esprit spinoziste eût pu répliquer en évoquant le propre décès de Hegel (du choléra, une pathologie dont les effets, comment dire ? PRÉCIPITÉS, sont bien connus).

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Spider-man comme métaphore du premier chrétien, si je vous suis bien... ?

    RépondreSupprimer
  4. Peter Parker à la fois humilié tous les jours comme petit employé, rencontrant en amour toutes sortes de difficultés, d'échecs, etc, et néanmoins super-héros. L'identification à lui du fan, de ce fait, est en effet problématique. Permanence de la contradiction visant à l'aliénation complète du fan chrétien dans un objet d'amour absolu, quoique humainement déterminé, historique, donc rabaissé.
    C'est ainsi dans les vieilles marmites de renoncement à la vie qu'on fourbit toujours les meilleures adorations spectaculaires.
    Une bise.

    RépondreSupprimer
  5. Et les ennemis de l'homme-araignée dans tout ça, Dr Octopus par exemple ?

    RépondreSupprimer
  6. Personnage prétexte, extension du héros, simple narcissisme à dominante homosexuelle venant exarcerber comme prétexte négatif le besoin de fusion absolutiste sus-mentionné. Pour le dire crûment, en ce qui concerne Octopus : sa tante accule.

    RépondreSupprimer